Philippe Sollers

Beaucoup de pourquoi au malheur, pas de pourquoi au bonheur.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire