Michel Audiard

- Attention ! J'ai le glaive vengeur et le bras séculier ! L'aigle va fondre sur la vieille buse !...
- Un peu chouette comme métaphore, non ?
- C'est pas une métaphore, c'est une périphrase.
- Fais pas chier !...
- Ça, c'est une métaphore.

A la guerre, on devrait toujours tuer les gens avant de les connaître.

Bienheureux les fêlés, car ils laisseront passer la lumière.

C'est curieux chez les marins ce besoin de faire des phrases !

C'est pas parce qu'on a rien à dire qu'il faut fermer sa gueule.

Conduire dans Paris, c'est une question de vocabulaire.

Dans la flatterie, aucune précaution à prendre, aucune limite à respecter. On ne va jamais trop loin.

Dans les situations critiques, quand on parle avec un calibre bien en pogne, personne ne conteste plus. Y'a des statistiques là-dessus.

En France, on n'a que trois spécialités : la littérature, la fesse et la bouffe.

Je ne parle pas aux cons, ça les instruit.

La police, c'est comme la Sainte Vierge. Si elle n'apparaît pas de temps en temps le doute s'installe.

Les bénéfices ça se divise, la réclusion, ça s'additionne.

Les cons, ça ose tout. C'est même à ça qu'on les reconnaît.

Les Français se divisent en deux catégories : ceux qui attendent le téléphone … et ceux qui attendent la tonalité.

Quand les types de 130 kilos disent certaines choses, les types de 60 kilos les écoutent.

Un financier, ça n'a jamais de remords, même pas de regrets, tout simplement la pétoche.

Un intellectuel assis va moins loin qu'un con qui marche.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire